Site de Rééducation vestibulaire et techniques connexes telles que l'Analyse séquentielle de l'équilibre et la Réalité virtuelle

La manoeuvre libératoire dans le VPPB (Semont liberatory maneuver for posterior BPPV)- Rééducation vestibulaire



La manoeuvre libératoire dans le VPPB (Semont liberatory maneuver for posterior BPPV)- Rééducation vestibulaire
La manœuvre libératoire de Sémont pour traitement du VPPB (Vertige Paroxystique Positionnel Bénin) du canal postérieur est une manœuvre dynamique de vidage du canal semi-circulaire. Contrairement à la manœuvre de John Epley qui est plus passive, qui agit par décantation et que l'on utilise plus volontiers chez les personnes "fragiles" notamment sur le plan vertébral.
Lors de l'exécution de toute manœuvre, le contrôle précis des angles est indispensable.
Il existe une manœuvre pour chacun des trois canaux semi-circulaires. Celle du canal horizontal doit s'adapter à la localisation de l'amalgame. La lithiase des canaux horizontal et surtout supérieur semblent nettement moins fréquentes que le postérieur. La manoeuvre de vidange du canal supérieur a bien été décrite par Mans Magnussen. Il ne faut jamais réaliser d'auto-manœuvre ou la faire réaliser par des personnes non compétentes et non équipées de lunettes de vidéo-nystagmoscopie. On ne manoeuvre pas ce qu'on ne voit pas (absence de nystagmus). D'autres types de vertiges de position qu'il ne faut pas manœuvrer, peuvent ressembler à un VPPB. Tel que le possible Syndrome hémodynamique postural, extrêmement fréquent. Ou un nystagmus de déficit vestibulaire unilatéral révélé ou majoré par les changements de position. Voire des pathologies beaucoup plus graves.

Otolithes vus au microscope électronique
Otolithes vus au microscope électronique
Ci-contre, des otolithes vus au microscope électronique. Les otolithes sont des cristaux de forte densité formés d'une coque protéique qui tapissent une zone de la paroi de l'utricule et du saccule de l'oreille interne. Leur rôle est celui d'une masse inertielle permettant le fonctionnement de l'accéléromètre utriculaire. Ils peuvent se détacher de la macule utriculaire et migrer dans un des 3 canaux semi-circulaires du vestibule. Le plus souvent dans le canal postérieur. Leur couleur réelle est le jaune coquille d'œuf.


Ci-dessous, vidéo de nystagmus "upbeating torsional", paroxystique, observé dans un VPPB par canalolithiase du canal postérieur G ( 25.6.2009 )

-------------------------------------------------------------------- BPPV video -------------------------------------
ngap_vestibulaire_1.jpg NGAP vestibulaire.jpg  (38.51 Ko)

Historique du VPPB:
Cette maladie fût décrite pour la première fois par Adler en 1897. En 1920 Barany pensa qu'un dysfonctionnement otholithique pouvait être à l'origine du vertige positionnel. En 1952, Dix et Hallpike définirent le vertige positionnel paroxystique du canal semi-circulaire postérieur et décrivirent une manoeuvre diagnostique qui porte leur nom. En 1969, Schuknecht observa lors de deux autopsies la présence de dépôts cristallins vers la cupule du canal semi-circulaire postérieur. A partir de cette période la théorie de la cupulolithiase vit le jour: Des cristaux de forte densité seraient responsables de la déformation de la cupule, qui en se déformant anormalement provoquaient des vertige rotatoire de plusieurs secondes. Cependant, cette théorie ne correspondait pas à tous les symptomes du VPPB. La théorie de la cupulolithiase fût abandonnée au profit de celle de la canalolithiase qui reste valide actuellement: Des otolithes se déplaçant librement dans les canaux semi-circulaires seraient la cause du vertige positionnel. En 1980 Alain SEMONT inventa la manoeuvre dynamique de libération des otolithes. En 1990 les australiens Parnes et McClure le confirmèrent en photographiant ces otolithes flottant librement dans les canaux semi-circulaires.
Otolithes flottant dans le canal semi-circulaire. Parnes et McClure
Otolithes flottant dans le canal semi-circulaire. Parnes et McClure

Le vertige paroxystique positionnel bénin (VPBB) peut intéresser les trois canaux semicirculaires. Le VPBB du canal postérieur est le plus fréquent, celui du canal horizontal (latéral) est retrouvé jusqu’à 15 % des cas et la canalolithiase du canal antérieur est exceptionnelle. La distinction entre les trois VPPB se déduit de la direction du nystagmus observé. La fréquence de seulement 15 % des VPPB du canal latéral, dans l’ensemble des VPPB, a peut-être une explication : l’orifice d’abouchement du canal latéral dans l’utricule est de diamètre étroit. Cette étroitesse va rendre difficile l’évacuation d’éventuels débris. Quant-au VPPB du canal vertical (antérieur) on pense qu’il est très exceptionnel, en raison de l’orientation de ce canal qui est favorable a une vidange spontanée des débris.

Up-beating torsionnal nystagmus


Ces manœuvres peuvent être réalisées sur un fauteuil TRV (fauteuil de Richard-Vitton).


The vestibular system endolymph motion


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bibliographie
[9] BalohRW,Jacobson K, Honrubia V. Horizontal semicircular canal variant of benign positional vertigo. Neurology1993; 43 : 2542-2549
[10] Sémont A. Vertige positionnel paroxystique bénin : la Manœuvre libératoire de Sémont R. Kinésithéapie Scientifique 1999 , 394 : 31-34
[11] Brandt TH. Benign paroxysmal positioning vertigo. In: Vertigo. Its multisensory syndromes. London : Springer-Verlag, 1999 : 251-283
[12] Chobaut JC, Conraux C. Le vertige paroxystique positionnel bénin.: Troubles de l’équilibre et vertiges. Paris : Société Française ORL et de pathologie cervico-faciale,1997 : 411-417
[13] EpleyJM.Canalith repositioning procedure of benign paroxystic vertigo. Otolaryngol Head Neck Surg 1992 ; 107 :99-404
[14] McLureJA, . Horizontal canal BPPV. J Otolaryngol1985;14: 30-35
[15] Sémont A, Freyss G. Kinésithérapie. Les manoeuvres libératoires dans le traitement des vertiges positionnels paroxystiques. In : Troubles de l’équilibre et vertiges. Paris : Société Française ORL et de pathologie cervico-faciale, 1997 : 541-546
[16] Dix M, Hallpike C. The pathology, symptomatology and diagnosis of certain common disorders of the vestibular system. Am J Otorhinolaryngol 1952 ; 61 : 987-1016
[17] Gacek R. Le concept de la cupulolithiase. In : Hausler R éd. XIXe Symposium d’ENG de langue française, Genève, 1-3 mars. Paris : Institut Ipsen, 1985 : 18-19
[18] Hall S, Ruby R, McClure JA. The mechanisms of benign paroxysmal vertigo. J Otolaryngol 1979 ; 8 : 15-18
[19] Jongkees LW. Le nystagmus paroxystique bénin. In :Données fondamentales et cliniques sur l’équilibration.Paris : Doin, 1976
[20] McClure JA. Le vertige positionnel bénin du canal horizontal. In : Toupet M, Sauron B éd. XXXe symposium de la société d’oto-neurologie de langue française, les 17 et 18 mai 1996. Paris : Institut Ipsen, 1996
[21] Nuti D, Vannucchi P, Pagnini P. Benign paroxysmal positional vertigo of the horizontal canal: a form of canalolithiasis with variable clinical features. J Vest Res 1996 ; 6 : 173-184
[22] Parnes LS, McClure JA. Posterior semi-circular canal occlusion for intractable BPPV. Ann Otol Rhinol Laryngol 1990 ; 99 : 330-334
[23] Sauvage JP, Bessede JP. Le vertige positionnel paroxystique bénin. Paris : Duphar éditeur, 1987
[24] Toupet M. Nystagmus et vertiges paroxystiques bénins. EncyclMédChir (Éditions Scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris), Oto-rhino-laryngologie, 20-037-A-10, 1980 :1-8
[25] Toupet M. Le vertige positionnel paroxystique bénin, maladie idiopathique de traitement simple. J Otorhinolaryngol 1992 ; 41 : 36-38
[26] Toupet M. Le vertige positionnel paroxystique bénin. In : Pélissier J, Brun V, EnjalbertMéd. Posture, équilibration et médecine de rééducation. Problèmes en médecine de rééducation n° 26. Paris : Masson, 1993 : 81-87
[27] ToupetM.Évolution à long terme de 168 vertiges paroxystiques positionnels bénins, traités par la manoeuvre. Cah ORL 1995 ; 30 : 425-430
[28] Toupet M. Diversité des nystagmus des vertiges positionnels.In : Toupet M, Sauron B éd. XXXe symposium de la société d’oto-neurologie de langue française, les 17 et 18 mai 1996. Paris : Institut Ipsen, 1996
[29] Toupet M. OEil pour oeil, la diversité des nystagmus du vertige positionnel paroxystique bénin. Film vidéo de 11 minutes, réalisé par M. Dozier, produit par Solvay-Pharma, Paris, 1996
[30] Toupet M, Bensimon JL. Difficultés et pièges dans le diagnostic différentiel du vertige paroxystique positionnel bénin. Cah ORL 1995 ; 30 : 417-423
[31] Toupet M, Codognola S. Vertige positionnel paroxystique bénin. Optimisation de sa physiothérapie. RevONO1988 ; 60 : 25-33
[32] Toupet M, Lasserre MH, Laccourreye H. Nystagmus et vertige positionnel paroxystique bénin. Ann Otolaryngol Chir Cervicofac 1982 ; 99 : 7-14
[33] Toupet M, Semont A. La physiothérapie du vertige positionnel paroxystique bénin. In : Hausler R éd. XIXe Symposium d’ENG de langue française, Genève, 1-3 mars 1985. Paris : Ipsen, 1985 : 21-27
[34] Vannucchi P, Giannoni B, Giuffreda P, Paradiso P, Pagnini P. The therapy of benign paroxysmal positional vertigo of the horizontal semicircular canal. In : Versino M, Zambarbieri D eds. International workshop on eye movements. Pavia : Fondazione IRCCS, 1994 : 211-220
[36] Wilmouth G, Toupet M, Jousselin JM. Examen de la charnière sous-occipitale des patients présentant un vertige positionnel paroxystique bénin. Rev Méd Orthop1997; 48: 2327.
[37] Chays A, Florent A, Ulmer E, Seidermann L. Les vertiges. 2009 ; Editions Masson.
[38] Levêque M, Seidermann L, Ulmer E, Chays A. Physiologie vestibulaire : bases anatomiques, cellulaires, immuno histochimiques et électrophysiologiques. Encycl Méd Chir ORL, Elsevier Masson.
[39] Roman S, Thomassin JM. Physiologie vestibulaire. Encycl Méd Chir ORL, Elsevier Masson, 2000.
[40] Froehling DA, Bowen JM,Mohr DN, Brey RH, Beatty CW,Wollan PC, et al.The canalith repositioning procedure for the treatment of benign paroxysmal positional vertigo: a randomized controlled trial. Mayo Clinic Proceedings 2000;75(7):695–700.
[41] Lynn S, Pool A, Rose D, Brey R, Suman V. Randomized trial of the canalith repositioning procedure. Otolaryngology - Head and Neck
[42] Surgery 1995;113(6):712–20. Yimtae K, Srirompotong S, Srirompotong S, Sae-seaw P. A randomized trial of the canalith repositioning procedure. Laryngoscope 2003; 113:828–32.
[43] Angeli S,Hawley R,Gomez O. Systematic approach to benign paroxysmal positional vertigo in the elderly. Otolaryngology - Head and Neck Surgery 2003;128:719–25.
[44] Asawavichianginda S, Isipradit P, Snidvongs K, Supiyaphun P. Canalith repositioning for benign paroxysmal positional vertigo: a randomized, controlled trial. Ear, Nose, and Throat Journal 2000;79 (9):732-4, 736-7.
[45] Blakley BW. A randomized, controlled assessment of the canalith repositioning maneuver [see comments]. Otolaryngology - Head and Neck Surgery 1994;110(4):391–6.
[46] CohenHS, Jerabek J. Efficacy of treatments for posterior canal benign paroxysmal positional vertigo. Laryngoscope 1999;109(4):584–90.
[47] Herdman SJ, Tusa RJ, Zee DS, Proctor LR,Mattox DE. Single treatment approaches to benign paroxysmal positional vertigo. Archives of Otolaryngology - Head and Neck Surgery 1993;119(4):450– 4.
[48] Li JC. Mastoid oscillation: a critical factor for success in the canalith repositioning procedure. Otolaryngology - Head and Neck Surgery 1995;112:670–5.
[49] Massoud EA, Ireland DJ. Post-treatment instructions in the nonsurgical management of benign paroxysmal positional vertigo. Journal of Otolaryngology 1996;25(2):121–5.
[50] Radtke A, Neuhauser H, von Brevern M, Lempert T. A modified Epley’s procedure for selftreatment of benign paroxysmal positional vertigo. Neurology 1999;53(6):1358–60.
[51] Sherman D, Massoud E. Treatment outcomes of benign paroxysmal positional vertigo. Journal of Otolaryngology 2001;30(5):295–9.
[52] Soto Varela A, Bartual Magro J, Santos Perez S, Velez Regueiro M, Lechuga Garcia R, Perez-Carro Rios TA, Caballero L. Benign paroxysmal vertigo: a comparative prospective study of the efficacy of Brandt and Daroff exercies, Semont and Epley manoeuvre [Vertige positionnel paroxystique benin: etude comparative prospective sur l’efficacité des exercices de Brandt et Daroff, la manœuvre de Semont et las manœuvre d’Epley]. Revue de Laryngologie Otologie Rhinologie 2001;122(3):179–83.
[53] Sridhar S, Panda N, RaghunathanM. Efficacy of particle repositioning maneuver in BPPV: a prospective study. American Journal ofOtolaryngology 2003;24(6):355–60. [54] Steenerson RL, Cronin GW. Comparison of the canalith repositioning
procedure and vestibular habituation training in forty patients with benign paroxysmal positional vertigo. Otolaryngology - Head and Neck Surgery 1996;114(1):61–4.
[55] WolfM,Hertanu T,Novikov I, Kronenberg J. Epley’smanoeuvre for benign paroxysmal positional vertigo: a prospective study. Clinical Otolaryngology 1999;24(1):43–6.
[56] Baloh RW,Honrubia V, Jacobson K. Benign positional vertigo: clinical and oculographic features in 240 cases. Neurology 1987;37(3): 371–8.
[57] Brandt T, Daroff RB. Physical therapy for benign paroxysmal positional vertigo. Archives of Otolaryngology 1980;106(8):484–5.
[58] BrandtT. Benign paroxysmal positional vertigo. In: BüttnerUeditor (s). Vestibular dysfunction and its therapy. Vol. 55 Advances in Otorhinolaryngology, Basel: Karger, 1999:169–94.
[59] Dix R, Hallpike CS. The pathology, symptomatology and diagnosis of certain common disorders of the vestibular system. Annals of Otology, Rhinology and Laryngology 1952;6:987–1016.
[60] Epley JM. The canalith repositioning procedure: for treatment of benign paroxysmal positional vertigo. Otolaryngology - Head and Neck Surgery 1992;107(3):399–404.
[61] Froehling DA, Silverstein MD, Mohr DN, Beatty CW, Offord KP, Ballard DJ. Benign positional vertigo: incidence and prognosis in a population-based study inOlmstedCounty, Minnesota. MayoClinic Proceedings 1991;66(6):596–601.
[62] Katsarkas A, Kirkham TH. Paroxysmal positional vertigo - a study of 255 cases. Journal of Otolaryngology 1978;7(4):320–30.
[63] Mizukoshi K, Watanabe Y, Shojaku H, Okubo J, Watanabe I. Epidemiological studies on benign paroxysmal positional vertigo in Japan. Acta Oto-Laryngologica Suppl. 1988;447:67– 72.
[64] Schulz KF, Chalmers I, Hayes RJ, Altman DG. Empirical evidence of bias. Dimensions of methodological quality associated with estimates of treatment effects in controlled trials. Journal of the American Medical Association 1995;273(5):408–12. Semont A, Freyss G, Vitte E. Curing the BPPV with a liberatory maneuver. Advances in Otorhinolaryngology 1988;42:290–3.
[65] Parnes LC, McClure JA. Free-floatinendolymph particles – a newoperative finding during posterior semicircular occlusion. Laryngoscope 1992;102:988–92.
[66] Dix MR, Hallpike CS. Pathology symptomatology and diagnosis of certain disorders of the vestibular system. Proc Soc. Med. 1952;45: 341

Lu 234832 fois