Site de Rééducation vestibulaire et techniques connexes telles que l'Analyse séquentielle de l'équilibre et la Réalité virtuelle

Analyse séquentielle de l'équilibre



Il existe plusieurs méthodes pour quantifier l'équilibre debout. Qu'elles soient simplement cliniques ou à l'aide de plates-formes, une des plus pertinentes et des plus accessibles au kinésithérapeute reste l'association d'une plate-forme de baropodométrie à plusieurs milliers de capteurs de type Biorescue et d'un système permettant certaines conditions précises d'instabilité. Ici, un appareil mobile à air comprimé Equistab, permet une quantification des Instabilités debout suivant. Les performances exceptionnelles des plates-formes baropodométriques Biorescue fabriquées par AMcube ( France) leurs permettent d'échantillonner à 200 hz, voire plus.
LA METHODE D'ANALYSE HEXASEQUENTIELLE.
Trois analyses de base constituent cette méthode d'évaluation du contrôle moteur de l'équilibre (et non des vertiges !).
Analyse de l'equilbre sur Equistab
Analyse de l'equilbre sur Equistab

A défaut de poser la plaque à capteurs sur un appareil Equistab, il est tout à fait possible d'utiliser un accessoire peux onéreux provoquant une instabilité douce dont le dessus est rigide (vidéo) pour les séquences instables de l'analyse hexa-séquentielle.

1) L'observation du comportement plantaire puis la prise d'empreinte baropodométrique .
Se fait sur sol stable. C'est la première des 3 analyses à faire. L'image baropodométrique se prend en position totalement libre. Il est remarquable de constater que la position spontanée des pieds est souvent reproductible d'une séance à une autre ! Elle correspond au positionnement naturel propre à chaque individu. Ce comportement a une influence sur le mode d'équilibration. Le comportement des deux pieds peut être observé indépendamment par chacun des centres de pression droit et gauche.
Une autre information capitale est immédiatement visible sur ces plates-formes, en observant les déplacements antéro-postérieurs rapides de la ligne passant par le cdp des deux pieds: Dans certaines pathologies neurologiques, et fréquemment chez la personne âgée dès l'apparition d'une atrophie cerébelleuse ou corticale avec lacunes vasculaires, sont observés des déplacements antéro-postérieurs d'une fréquence supérieure à 2 ou 3 hz. Cette "hyperactivité" tendineuse ou "danse des tendons" comme l'appellent les neurologues,( vidéo ci-dessous) est dûe à une hypereflexie tendineuse symetrique de type pyramidale.
Une autre technique simple permet de "sensibiliser" cette observation: Le patient debout sur une plate-forme à ressorts de type Physiotech.
Contrôle des appuis plantaires
Contrôle des appuis plantaires


2) L'analyse Hexa-séquentielle en double-tâche.

Selon la méthode établie par J.Grapinet (2003). Il s'agit du 2ème examen à réaliser. Permet l'évaluation motrice de l'équilibre dans 6 conditions. Trois analyses se font sur sol stable, puis trois autres sur sol instable calculé en fonction du poids du patient et du type de pathologie rencontrée: Neurologie, vestibulaire, personne âgée instable, orthopédique, traumatologique, ou rachidienne.

Dans les conditions n°3 et 6 de l'analyse, la double-tâche ajoutée consiste à compter à rebours de 30 à 0.


3) Les Limites de stabilité active (LDS).

C'est la 3ème analyse à réaliser. Optionnelle, car elle n'est pas toujours réalisable chez des personnes à capacités fonctionnelles réduites. Une des analyses les plus pertinentes pour l'évaluation des performances de l'équilibre du patient. Se fait généralement sur sol stable.



L' évolution des Limites de Stabilité actives (LDS), au cours de la rééducation est un des reflets de l'amélioration du contrôle moteur de l'équilibre debout.
Evolution des LDS au cours de la rééducation
Evolution des LDS au cours de la rééducation

D'autres analyses disponibles peuvent venir en complément, comme le Quart de tour.

L'analyse de l'équilibre en position assise est possible. Le patient est assis sur la plate-forme posée sur un siège-support spécial. Le logiciel analyse alors le déplacement du centre moyen de pression ischiatique. Cette possibilité est intéressante dans des pathologies neurologiques, dans la paraplégie, ou des pathologies rachidiennes.

Lu 11656 fois